Témoignages d'auxiliaires de vie

Regards croisés d'Isabelle et Véronique, auxiliaires de vie Vitalliance, qui nous parlent de leur métier.

  1. Emploi
  2. Témoignages d'auxiliaires de vie

Véronique et Isabelle

Selon vous, quelles sont les qualités d'une bonne auxiliaire de vie ?

Isabelle : Pour être auxiliaire de vie, il faut être patiente, à l'écoute et comprendre les besoins de la personne. En effet, même si avant d'intervenir chez un client je reçois des informations sur la mission, mon travail consiste surtout à creuser davantage pour calibrer mon accompagnement sur les besoins réels de la personne. Et c'est mon expérience qui me permet de développer cette capacité de jugement. Une bonne auxiliaire de vie le devient avec les années !

Pourquoi devenir auxiliaire de vie ?

Véronique : être auxiliaire de vie, c'est avoir le sentiment d'être d'utile. Dans notre métier, on apporte un soutien aux personnes dont on s'occupe. On représente beaucoup dans leurs vies.

Notre métier est lourd psychologiquement. Véronique, auxiliaire de vie

Isabelle : Mon métier me permet de nouer une complicité avec les personnes que j'accompagne. Il est nécessaire d'apprendre à se connaître pour mieux vivre ensemble. Toutes ces heures, ces jours, ces mois passés ensemble créent un lien solide entre nous. On ne devient pas pour autant des amis, ni des membres de la famille, mais il y a un contact humain important qui se crée. Notre approche doit rester professionnelle avant tout.

Qu'appréciez-vous au sein de Vitalliance ?

Véronique : Au sein de Vitalliance, ce que j'apprécie énormément c'est la qualité humaine partagée par les équipes. Si je ne me sens pas bien, parce que parfois notre métier peut être lourd psychologiquement, les chargés de clientèle se rendent toujours disponibles pour en parler autour d'un café.

Vitalliance nous permet aussi d'évoluer dans notre métier. Le métier d'auxiliaire de vie ne se limite pas à faire des courses ou du ménage. Par exemple, j'ai moi-même bénéficié d'une formation d'aspiration endo-trachéale.

Enfin, c'est un vrai travail d'équipe. Nous pouvons échanger avec les autres auxiliaires de vie et partager nos expériences. Des groupes de parole sont mis en place pour anticiper les moments difficiles et nous apprendre à gérer ces situations.

Comment se déroule la mission type d'une auxiliaire de vie ?

Isabelle : Impossible de vous répondre, car les interventions sont toutes différentes : nos journées ne sont jamais les mêmes ! C'est d'ailleurs ce qui me plaît dans ce métier. Certains clients ont besoin d'une présence, d'une écoute, et d'autres, de plus d'attention ou encore de sorties.

Auriez-vous un conseil à partager avec les auxiliaires de vie qui liront votre interview ?

Véronique : Rester constamment dans la stimulation, quel que soit le genre d'intervention, car c'est ce qui garantit que la personne participe au maximum. Un autre élément important est de faire grandir la complicité qui se crée entre l'auxiliaire de vie et son client.

Trouver une mission